CommissionsBIBDD fusionnent

LES COMMISSIONS BASES DE DONNÉES ET BI SAP NE FONT PLUS QU’UNE

Cristina Pisica

 

 

 

 

Cristina Pisica


Présidente de la Commission
Bases de Données - USF
Architecte d’Entreprise - SAFRAN

La Convention 2017 sera l’occasion d’annoncer un rapprochement entre les Commissions Bases de Données et BI. La future Commission, dont le nom définitif n’est pas encore arrêté, sera présidée par Cristina Pisica, déjà en charge de la Présidence de la Commission Bases de Données.

« L’idée de créer cette nouvelle Commission est venue naturellement, dans la mesure où la transformation digitale bouleverse les entreprises, les métiers, leur organisation, leur processus et leur stratégie, ce qui impacte les méthodes de travail », souligne Cristina Pisica, pour qui cette fusion permettra de « se préparer et de mieux répondre aux besoins des adhérents. » Avec la transformation digitale, c’est en effet la donnée qui devient au cœur des préoccupations des entreprises. « La frontière entre l’analytique et le warehouse devient très difficile à tracer : le volet donnée sera bien sûr très représenté au sein de nos travaux, car les aspects liés à sa collecte, à son exploitation et à son outillage sont fondamentaux », assure Cristina Pisica. La Commission Bases de Données a d’ailleurs publié, début 2017, un livre blanc sur le Big Data, qui préfigurait déjà le rapprochement des problématiques traitées de part et d’autre, dans les deux Commissions. Outre cette focalisation sur la donnée, la Commission abordera les problématiques, plus transversales, du marketing de la donnée. « Les réflexions s’articuleront autour des moyens de mettre à disposition des métiers de nouveaux services, basés sur l’exploitation des données », précise Cristina Pisica, qui n’entend pas pour autant laisser de côté les problématiques sur les bases de données, même si la diversité des sujets qui y sont attachés acquiert relativement moins d’importance, avec la montée en puissance de HANA.

 

2017 sera l’année de la mise en place progressive de la nouvelle organisation de la Commission. Il reste en effet à communiquer sur le sujet et à redéfinir le planning des réunions, ainsi que les thématiques à aborder, en concertation avec les membres des deux commissions concernées mais également SAP. « L’éditeur a évidemment des choses à dire sur nos sujets », assure Cristina Pisica. À terme, avec la diversité des thématiques (techniques, juridiques, business…), la Présidente n’exclut de créer des Groupes de Travail pour approfondir certains aspects. En attendant, Cristina Pisica envisage d’impliquer d’autres commissions : « Les questions relatives aux données sont, par définition des sujets transverses, par exemple, les référentiels de données intéressent les responsables des ressources humaines ou financiers, dans la mesure où une donnée peut être répliquée dans de multiples systèmes et applications et cela a des conséquences sur l’organisation à mettre en place », ajoute Cristina Pisica. La Commission Bases de Données travaille déjà avec la Commission BO, présidée par Olivier Le Moing (voir encadré) : « Nous allons, bien sûr, nous synchroniser pour éviter d’aborder des sujets similaires dans nos deux commissions », assure Cristina Pisica.

Des synergies avec la Commission BO

Même si les Commissions Bases de Données et BI se rapprochent, la Commission Business Objects va conserver ses spécificités. « Nous allons nous synchroniser avec cette nouvelle Commission », précise Olivier Le Moing, Président de la Commission Business Objects.

Il y aura potentiellement des sujets partagés qui pourront donner lieu à des réunions communes, mais, globalement, les domaines respectifs des deux Commissions restent distincts. « Schématiquement, un projet BI comprend trois phases principales : la collecte des données, le stockage et la transformation puis la restitution », résume Olivier Le Moing.

Celui-ci estime que la nouvelle Commission a davantage vocation à adresser les problématiques en amont (collecte, stockage, bases de données…), tandis que la Commission Business Objects restera concentrée sur les aspects restitution. « Les membres USF qui ont besoin d’une vision globale trouveront des informations dans les deux Commissions, pour lesquelles les sujets traités et les ordres du jour seront publiés en amont de manière à favoriser les synergies », ajoute le Président de la Commission.